homo faber_table_1

homo faber_table_2

homo faber_table_3

homo faber_table_4

table homo faber

matériaux / tôle acier électrozinguée
structure acier plat
piètement en acier trempé et bois de frêne tourné
 
libre à l'édition
 
« un outil est un instrument utilisé par un être vivant, directement ou par le truchement d’une machine, afin d’exercer une action le plus souvent mécanique ou thermique sur un élément d’environnement à traiter (matière brute, objet fini ou semi-fini, être vivant, etc).
 
l’outil peut être compris comme un prolongement de la main, du corps, un intermédiaire d’action, voire comme une prothèse dans le sens où il remplace (ou même crée) un membre ou un organe. »
 
de cette simple définition de l’outil, le projet ‘homo faber’ propose une nouvelle lecture d’un objet, ici une table, et envisage celle-ci, non pas juste comme un meuble, mais comme un véritable outil.
la notion d’homo faber, développée par le philosophe henri bergson, fait donc référence à l’homme en tant qu’être susceptible de fabriquer des outils.
 
le projet délimite son champ d’action autour de référents communément considérés comme outils, dans le langage contemporain : les outils de jardinage et/ou bricolage.
‘homo faber’ puise dans le lexique des outils, dans ses acquis industriels et utilitaires, et les transpose à une autre échelle, celle du meuble.
 
le travail de ce projet porte essentiellement sur les quatre piétements, véritables outils participant à la construction/déconstruction de la table ‘homo faber’.
 
le piétement reprend le vocabulaire, les codes et processus de fabrication des outils de jardinage, afin de créer un outils à la fois contemporain et pérenne : le dessin du piétement est strictement déterminé par sa fonctionnalité, et non guidé par un souci purement formelle ou esthétique.
 
‘homo faber’ est une table à monter soi-même.
 
le plateau et les pieds ne sont pas solidaires, mais ne peuvent s’envisager l’un sans l’autre.
 
démontée, la table et ses pieds sont suspendus (rangés) à un mur, comme un établi de bricoleur, avec son ordonnancement d’outils.
 
sur la face inférieure du plateau, un système de crochets permet de fixer les 4 pieds (montés ou démontés) sur la partie structurelle du plateau.
 
lors du montage de la table, il faut décrocheter les pieds du plateau, puis les insérer dans les glissières prévues à cet effet. les pieds sont ensuite maintenus dans cette position au moyen d’un loquet amovible.
 
- le plateau
la partie supérieure du plateau est de manufacture simple (disque en acier trempé)
la face inférieure du plateau est un squelette permettant à la fois la rigidité de celui-ci (planéité), l’intégration de quatre glissières qui accueillent les piètements lors du montage, et un système de crochet pour suspendre les pieds (lorsque la table est démontée).
 
- les piètements
ils sont constitués en partie basse d’un manche en bois tourné. à l‘extrémité supérieure du manche vient se fixer une pièce métallique en forme de crosse, qui épouse le cylindre. cet élément structurant est mis en forme à partir d’un simple patron.
les perforations permettent soit l’accrochage (le rangement en sous face du plateau), soit la fixation des pieds aux glissières (durant le montage de la table).